Les dirigeants qui n’ont pas le temps d’apprendre à gagner du temps

Quand je regarde une compétition de natation à la TV, je ne peux pas m’empêcher de me questionner : « Comment font les nageurs pour nager si vite en regardant le fond du bassin, et en sachant exactement quand faire la pirouette…qui les empêchera de se cogner contre le mur, pour repartir dans l’autre sens ? » En fait, ils comptent.

La plupart des dirigeants de PME que je connais ont la tête sous l’eau, et n’en sortent pas, par peur de perdre du temps. Sauf que certains ne prennent pas le temps de compter…

Récemment, j’ai encore eu le cas d’un informaticien, qui me posait la problématique suivante : « Mon patron veut bien faire, sauf qu’il manque de temps pour me manager, et je ne sais pas vraiment dans quelle direction aller sur ma mission. Alors j’ai créé une application pour lui, qui pourrait lui faire gagner ce temps. Il a regardé ma démo de cette application, m’a dit que c’était super, mais ne l’a jamais utilisée, et continue de perdre du temps en gardant la même façon de travailler. Nous n’en avons plus jamais parlé. A la longue, je ne me sens pas écouté, et démotivé.»

Un cas classique de non-management qui a le double effet kiss (pas) cool de démotiver un (bon et pro-actif) collaborateur, et de maintenir un dirigeant dans un fonctionnement qui plante tout le monde, y compris lui-même.

Est-il utile de prendre du recul ?

Pouvez-vous me dire comment ce dirigeant qui n’a pas-le-temps-pour-apprendre-à-gagner du-temps, et qui n’a pas le temps non plus de donner une direction à son collaborateur (qu’il paye), aurait le temps de prendre du recul sur la direction à donner à …sa boite ?

L’autre jour, je recevais l’appel d’un dirigeant de PME qui me disait : « J’ai besoin d’un coaching pour apprendre à gérer mon temps, mais je n’aurai pas le temps pour les rendez-vous ». Bien entendu, il n’a pas été possible pour moi de l’aider, puisque nous n’avons jamais pu trouver de créneau satisfaisant pour nous deux pour fixer un premier rendez-vous. Au fond, sa demande était une non-demande.

La notion de temps fonctionnel

Le temps de production, où l’on cherche des clients, où l’on conclut des affaires, où l’on règle les problèmes du quotidien est important. Le « temps fonctionnel » l’est tout autant. J’appelle le « temps fonctionnel » le temps que l’on alloue à ses fonctions support. Le classement comptable est un temps fonctionnel, la gestion de tableaux de bord aussi. Les séances de coaching que l’on prendrait du temps pour apprendre à gérer son temps, manager ou préciser sa stratégie d’entreprise également.

Qu’est-ce qui fait que ces dirigeants sont noyés dans le quotidien, et ne prennent pas le temps de faire un pas de côté pour adopter un regard « méta » sur leur entreprise ? Est-ce une forme de procrastination ? Une forme d’évitement ? Une mauvaise gestion des priorités ? La peur de manquer de compétences pour passer à une vision stratégique ? Une mauvaise organisation ? De la difficulté à déléguer pour se dégager du temps ?

Pour les dirigeants pressés, nous proposons un service de speed coaching. Si vous voulez en savoir davantage, contactez-,nous au 06 98 65 77 51. En attendant, vous pouvez prendre le temps de lire cette boite à outils… 😉

Partagez...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on PinterestEmail this to someonePrint this page

Á propos de l'auteur: Bérangère Touchemann

Bérangère Touchemann est l'heureuse fondatrice du cabinet de coaching professionnel Touchemann & Co, qui forme et accompagne les managers, dirigeants et collaborateurs à potentiel dans le développement et la croissance de leur entreprise par ses Femmes, ses Hommes et ses équipes. Comme Charles Darwin, elle pense que l'organisation qui survivra ne sera pas forcément la plus forte, mais celle qui aura su s'adapter...

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.