Fixation de l’objectif en coaching : en avoir ou pas…

En tant que coach, avant d’aider mon client à atteindre son objectif, mon job est déjà, dans un premier temps, d’en définir un avec lui. Cette étape est tellement importante, qu’elle peut faire elle-même l’objet d’une séance complète. D’ailleurs, on peut même se faire coacher pour savoir sur quoi on veut se faire coacher 🙂

« Qu’est-ce que je veux ? »

Savoir se fixer un objectif, c’est répondre à une question fondamentale, à laquelle il n’est pas donné à tout le monde de pouvoir répondre du tac-au-tac. Cette question fondamentale, c’est « Qu’est-ce que je veux ? ». Pas évident, et chacun est différent sur sa manière d’avancer là-dessus :

Certains veulent tout, et tout de suite.
Certains ne savent pas ce qu’ils veulent.
Certains ne veulent pas la même chose que leur entreprise.
Certains m’envoient une infographie de l’objectif qu’ils veulent atteindre, avant même notre première rencontre.
Certains arrêtent le travail de coaching après avoir trouvé leur objectif,
Certains enchaînent les sous-objectifs comme un jeu de poupées russes.
Certains, quand ils trouvent la bonne formulation de leur objectif, sont lancés comme des fusées sur leur parcours de coaching, et se régalent.
Donc la fixation d’un objectif représente déjà une bonne partie du boulot, et est déjà en soi un révélateur, une clarification, un débroussailleur puissant du travail que l’on est venu faire avec son coach, des réponses que l’on est venu chercher. Juste parce que cet exercice répond à la question fondamentale, et qui est la base de tout : « Qu’est-ce que je veux ? ».

A l’inverse, ne pas avoir d’objectif …

Les personnes qui n’ont pas d’objectif, ou qui ont un objectif mal formulé, s’épuisent et ont l’impression de ne pas aller au bout des choses. Elles tournent en rond. Elles sont parfois plutôt dans un fonctionnement qui leur permet d’éviter, plutôt que d’ « aller vers ». D’où d’ailleurs, l’importance de respecter ces règles simples pour se fixer un objectif « clean » :

Formuler l’objectif en termes positifs

En utilisant l’affirmative : « Je veux faire…je veux savoir… ». Sinon, déjà on se fige dans une mauvaise énergie qui ne mobilise rien du tout. Les formulations négatives du type « je veux arrêter de… » ne nous proposent ni chemin, ni idée, ni solution.

Formuler un objectif qui ne dépend que de soi

Dans la mesure où chacun n’a de prise que sur ses propres actions, le but est de se formuler un objectif pour lequel c’est bien nous qui avons la latitude et la responsabilité d’agir.

Formuler un objectif écologique

Primum non nocere : Un objectif doit être respectueux de l’écosystème de celui qui le formule. Il ne doit pas nuire, ni porter préjudice ou aller à l’encontre de soi-même (santé par exemple), des autres ou de l’entreprise.

Formuler un objectif précis

Qui sait répondre exactement aux questions Quoi ? Qui ? Où ? Comment ? Avec qui ? Quand ? Et la question fondamentale des indicateurs

Formuler un objectif mesurable

Vous devez aussi pouvoir répondre clairement à la question : « Comment je saurai que j’ai atteint mon objectif ? » pour vous fixer des indicateurs. Sinon, le cadre n’est pas fermé, et la démarche perd de sa puissance. Souvent, on peut s’aider des ses sens pour y répondre : « Je l’aurai atteint quand je sentirai que…quand je verrai que…quand on me dira que…etc. »

Ne pas confondre objectif et but

Souvent, les gens confondent les objectifs avec les thématiques de travail, les buts.
Un but, c’est large. Regardez la taille de la cage derrière un gardien au foot. Pourquoi je parle de ça ? Parce que récemment j’ai vu cette vidéo pendant je ne sais plus quelle émission des jeux de Rio, et elle m’a collé des frissons dans le dos. Pas vous ?
Vive le sport, vive les buts (et vive les objectifs ! 😉 )

En savoir plus sur le métier de coach ? Lisez ce classique pour démarrer :

Partagez...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on PinterestEmail this to someonePrint this page

Á propos de l'auteur: Bérangère Touchemann

Bérangère Touchemann est l'heureuse fondatrice du cabinet de coaching professionnel Touchemann & Co, qui forme et accompagne les managers, dirigeants et collaborateurs à potentiel dans le développement et la croissance de leur entreprise par ses Femmes, ses Hommes et ses équipes. Comme Charles Darwin, elle pense que l'organisation qui survivra ne sera pas forcément la plus forte, mais celle qui aura su s'adapter...

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.