Comment recueillir l’opinion de son équipe avant de prendre une décision ?

Dans un contexte de changement permanent, l’entreprise, ses dirigeants et ses managers prennent des décisions qui ne sont pas toujours bien acceptées. Quand ces projets et décisions sont mal expliqués, perçus comme mauvais, en décalage par rapport à la réalité du terrain, ou encore qu’ils donnent l’impression d’être imposés, ils peuvent créer des résistances, de la démotivation, et un terreau propice aux conflits et au cloisonnement.

Dans la veine du fameux management participatif, il existe une technique d’animation de groupe qui vous permettra de recueillir l’opinion de votre équipe avant de prendre une décision, mais pas que. C’est la technique du focus groupe.

Qu’est-ce qu’un focus groupe ?

Les focus groupes sont utilisés depuis longtemps par la fonction marketing, par exemple pour tester de nouveaux produits ou services auprès du consommateur avant de les commercialiser, mais aussi en psychologie sociale, ou même par notre appareil politique auprès d’échantillons de citoyens pour tester un projet de mesure avant de l’annoncer.

C’est un groupe de travail formel et basé sur le volontariat des participants, auxquels on va soumettre des affirmations au sujet d’un nouveau produit, d’un nouvel outil, d’un nouvel usage, d’un changement d’organisation, etc.

Cette technique permet de recueillir les attitudes, les opinions et les zones de résistance des participants.

Pourquoi utiliser la technique du focus groupe pour tester son projet ?

Parce que le focus groupe va permettre de recueillir l’opinion des collaborateurs, donc de se donner la possibilité d’effectuer des rectifications, d’identifier les publics qui vont se positionner en relais pour nous, et sur qui l’entreprise, le dirigeant ou le manager va pouvoir compter dans sa communication…mais aussi d’identifier les poils à gratter, et d’avoir une idée de ce que sera leur argumentaire, pour pouvoir mieux adapter le nôtre 🙂

Les informations recueillies seront nombreuses, et enrichies par les dynamiques de créativité et de confrontation que la technique du focus groupe implique.

D’un point de vue managérial, c’est à mon avis un formidable outil de reconnaissance, parce qu’une preuve d’écoute. Ce type d’outil va favoriser l’implication des membres, qui se sentiront consultés et considérés comme experts.

Comment mener un focus groupe ?

Faire appel à un animateur externe

Le focus groupe ne doit pas être animé par un supérieur hiérarchique direct ou un membre de l’équipe RH par exemple, pour des raisons évidentes de neutralité, et pour que l’anonymat des participants soit respecté, ce qui favorisera le « parler vrai ».

L’animateur se postera en facilitateur, pour distribuer la parole et cadrer le débat. Le coach professionnel est un bon profil d’animateur à mon avis, parce qu’il maîtrise l’art de la question ouverte, de la relance, de la reformulation, mais aussi du cadrage de processus dans un échange ouvert, afin d’éviter les digressions et faire respecter le cadre.

Composer et réunir un groupe

A mon avis, 10 personnes est un bon chiffre, pour avoir un groupe assez petit pour qu’il n’y ait pas création de sous-groupes informels, et assez grand pour avoir suffisamment de matière à débattre. En fonction de l’objectif, on réunira des pairs, ou plutôt des fonctions et strates hiérarchiques différentes.

Animer le débat

L’animateur-facilitateur peut établir une liste de questions, ou une liste d’affirmations sur les points qu’il souhaitera justement tester. Par exemple, pour tester la mise en place d’un réseau social interne, il pourra vouloir donner les affirmations suivantes : « participer à un réseau social prend du temps », « il est facile d’impliquer les membres d’une entreprise dans l’utilisation d’un réseau social interne » ou encore « le réseau social interne permet aux gens de travailler ensemble ».

Il commencera par un tour de table pour recueillir une première tendance, afin de pouvoir cerner la dynamique de groupe et ce qui va se jouer ici, et pour cerner le comportement de certains acteurs qui vont se démarquer aussi (les fameux relais, et les poils à gratter 😉 ). Il distribuera la parole en fonction de ces éléments, afin que tout le monde puisse s’exprimer et enrichir le débat sans subir la pression du groupe, notamment pour les minorités d’opinion.

Le processus dure environ 1h30, c’est ni trop ni trop peu, pour un groupe de 10 personnes.

Donner du feed-back

Pour que les participants du focus groupe se sentent entendus et sachent ce qui sera fait des informations recueillies, un feed-back doit être organisé (note de synthèse, réunion…)

La méthode du focus groupe est ultra simple à mener, améliore le système de prise de décision et les conditions de la conduite d’un changement, et aide à la collaboration et à la cohésion d’équipe. Qu’en pensez-vous ? Le pratiquez-vous ? Si vous le pratiquez autrement, votre partage de pratique dans les commentaires m’intéresse !

Vous voulez d’autres idées pour animer vos équipes ? Vous en trouverez un bon nombre dans cet ouvrage :

 

Partagez...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on PinterestEmail this to someonePrint this page

Á propos de l'auteur: Bérangère Touchemann

Bérangère Touchemann est l'heureuse fondatrice du cabinet de coaching professionnel Touchemann & Co, qui forme et accompagne les managers, dirigeants et collaborateurs à potentiel dans le développement et la croissance de leur entreprise par ses Femmes, ses Hommes et ses équipes. Comme Charles Darwin, elle pense que l'organisation qui survivra ne sera pas forcément la plus forte, mais celle qui aura su s'adapter...

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.